Sommet France-Afrique : La société civile dénonce la politique de la France en Afrique

Louis MBANGA
par Louis MBANGA janvier 13, 2017 06:37

Sommet France-Afrique : La société civile dénonce la politique de la France en Afrique

Une coalition d’organisation non-gouvernementale a organisé ce jeudi 12 janvier un contre-sommet France-Afrique pour décrier entre autres la clémence de François Hollande envers certains dictateurs africains.

« Pour nous, cette politique, elle a été alignée sur la défense. Et à nos yeux, cette problématique a primé sur tout le reste et notamment sur la démocratie », regrette le coordinateur du mouvement Tournons La Page. Autrement dit, le président français François Hollande s’est davantage préoccupé des problèmes de sécurité sur le continent africain que du sort des dictateurs africains au cours de son seul et dernier mandat.

Ils sont plusieurs centaines de militants de la société civile réunis à l’ombre de la pyramide des jeunes dans le centre-ville de Bamako ce jeudi 12 janvier 2017. Trois axes principaux ont guidé leurs travaux : foncier et souveraineté alimentaire, gouvernance et fiscalité, mais aussi migration, mobilisation et paix. Avec un objectif : celui de donner au peuple le moyen de faire entendre sa voix.

Pour ces militants de la société civile, ce contre-sommet, c’est de toutes les façons la seule chance de se faire entendre. En effet, ils regrettent qu’une part importante du rendez-vous ait été consacrée au patronat, qu’il soit français ou malien, mais que la société civile ne soit pas reçue par les chefs d’Etat.

sommet

Crédit Photos: rfi.fr

Il a donc fallu s’organiser « avec les moyens du bord » insiste bien Massa Koné. Le contre-sommet, intitulé « Sommet pour les peuples », a entièrement été autofinancé par les participants et les milliers de militants sont venus de plusieurs pays d’Afrique par leurs propres moyens. La preuve pour lui que la société civile, c’est aujourd’hui un véritable contre-pouvoir.

Un contre-pouvoir qui se doit désormais d’alerter les chefs d’Etat. Janvier Bigirimana vient du Burundi. Il fait partie du mouvement « Halte au troisième mandat » qui s’oppose toujours au maintien du président Pierre Nkurunziza au pouvoir. Pour lui, la société civile doit informer des vrais problèmes des sociétés africaines pour que ce sommet Afrique-France ne soit pas seulement un énième rendez-vous de dirigeants.

hurinews.com

source : Rfi

Louis MBANGA
par Louis MBANGA janvier 13, 2017 06:37

Abonnez-vous à notre newsletter