Sommet sur la sécurité au Nigéria : Pas un mot sur la protection des défenseurs des droits humains

Louis MBANGA
par Louis MBANGA mai 27, 2016 04:30 Mise à jour

Sommet sur la sécurité au Nigéria : Pas un mot sur la protection des défenseurs des droits humains

Grandes Lignes

  • D’après le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac), rien n’a été dit sur la protection des défenseurs des droits humains lors du 2e sommet régional des chefs d’Etat sur la sécurité qui s’est tenu le 14 mai dernier à Abuja au Nigéria. Il s’agit pourtant d’une nécessité dans un contexte marqué par le terrorisme.

Articles Similaires

D’après le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac), rien n’a été dit sur la protection des défenseurs des droits humains lors du 2e  sommet régional des chefs d’Etat sur la sécurité qui s’est tenu le 14 mai dernier à Abuja au Nigéria. Il s’agit pourtant d’une nécessité dans un contexte marqué par le terrorisme.

Les pays d’Afrique centrale présents à la récente rencontre d’Abuja sur la sécurité ont failli à leur engagement. C’est en tout cas le constat amer que fait le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac) : « le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac) a suivi avec attention les travaux du 2e sommet des chefs d’Etat sur la sécurité réuni le 14 mai 2016 et a constaté pour le déplorer leur lourd silence sur la sécurité et la protection des défenseurs des droits humains travaillant dans le contexte (de l’insécurité et du terrorisme en Afrique Centrale, ndlr) », peut-on lire dans le communiqué du Redhac rendu public le 23 mai dernier.

En effet, selon le Redhac, la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples a adopté le 21 mai 2004 à l’issue de sa session ordinaire  tenue à Banjul en Gambie la résolution 69 portant sur la protection des défenseurs des droits humains. Le Réseau dénonce le harcèlement et l’intimidation des défenseurs des droits humains par les autorités administratives, policières et judiciaires d’Afrique centrale depuis la montée du terrorisme dans les pays de la sous-région.

ceremonie-d-ouverture-du-sommet-d-abuja-le-14-mai-2016

Images du 2e sommet régional sur la sécurité

 

Recommandations

Aussi, le Redhac exhorte t-il les chefs d’Etat d’Afrique centrale à inscrire la protection des défenseurs des droits de l’homme dans leur plan d’action conformément à la résolution 69. Le Réseau recommande également à l’Union Africaine de donner des moyens adéquats à Rapporteur Spéciale sur la situation des Défenseurs en Afrique afin qu’elle veille à la documentation de toutes les représailles à l’encontre des Défenseurs et autres activistes des droits humains. A l’ONU, le Redhac demande d’exiger des pays partenaires qui accompagnent les Etats de l’Afrique Centrale dans la lutte contre l’insécurité et le terrorisme d’assurer la sécurité et la protection des Défenseurs des Droits Humains et activistes qui travaillent dans ce contexte.

hurinews.com

 

 

Louis MBANGA
par Louis MBANGA mai 27, 2016 04:30 Mise à jour

Abonnez-vous à notre newsletter